Calendrier Axiell 2019

Chaque année, nous demandons à nos clients de nous faire parvenir une photo de leur collection pour l’insérer dans un calendrier que nous distribuons à nos clients, et chaque année nous recevons de belles images et des histoires fascinantes.

Voici celles que nous avons choisi d’introduire dans le Calendrier Client Axiell 2019 :

Les Cavaliers du Sidhe (The Riders of the Sidhe), John Duncan, 1911, Tempera sur toile

The McManus : Dundee’s Art Gallery and Museum, Royaume-Uni

Cette peinture richement symbolique est sans doute l’une des œuvres les plus ambitieuses de John Duncan, une figure de proue du mouvement de renaissance celtique. Dans le mythe celtique, les Sidhe sont les fées qui se promènent chaque année le soir de la Saint-Jean.

Un des chefs-d’œuvre de Duncan, cette œuvre est imprégnée de mythologie celtique. Comme l’explique l’artiste : « Chaque cavalier porte un symbole de la tradition celtique. L’Arbre de Vie signifie sagesse. La Coupe d’Amour, la coupe du Graal du cœur d’abondance et de guérison, est le symbole

de l’Amour. L’épée est le symbole du pouvoir ou de la volonté en action. La Pierre du Calme est le symbole de la volonté dans sa forme passive, le cristal révèle le passé et l’avenir. »

Duncan avait la capacité étrange de recréer des costumes, des armures et d’autres accessoires celtiques et médiévaux convaincants. Il s’est servi des découvertes archéologiques d’artefacts celtiques comme référence. L’écu est vaguement basé sur le Bouclier de Battersea, l’épée a probablement été inspirée d’une épée de l’âge de bronze, l’équipement de tête porte la marque des casques de l’âge de fer en Europe, et l’équipement de tête des chevaux pourrait être basé sur le casque de Torrs de l’âge de fer.

Une des peintures les plus connues de la collection du McManus, cette œuvre importante est fréquemment demandée par d’autres institutions. Plus récemment, elle a été prêtée au British Museum pour son exposition Celtes et a fait partie du spectacle itinérant William Morris and the Arts and Crafts Movement in Britain en Espagne.

La collection appartient au conseil municipal de Dundee et est gérée par le Leisure and Culture Dundee. L’œuvre est exposée au McManus : Dundee’s Art Gallery and Museum à la Victoria Gallery. Le McManus a célébré son 150ème anniversaire en 2017 et gère de plus de 150 000 objets allant de l’archéologie – régionale et étrangère, aux cultures du monde, passant par la numismatique, l’histoire humaine, les sciences naturelles, les Beaux-Arts et Arts décoratifs. Les collections de baleines, ainsi que les collections d’objets d’art décoratifs et d’objets d’art, sont reconnues comme des collections d’importance nationale par Museums Galleries Scotland, au nom du gouvernement écossais.

Conseil municipal de Dundee (Galeries d’art et musées de Dundee)

Squelette d’Occitanosaurus Tournemirensis, date de découverte : 1986

Musée de Millau et des Grands Causses, France

Le squelette vieux de 180 millions d’années de l’Occitanosaurus Tournemirensis, un animal marin de 4 mètres de long du Trias supérieur à la fin du Crétacé. Il avait un corps en forme de fuseau avec une queue courte et des pagaies de natation, et une petite tête avec un cou mince et long qui lui permettait de pêcher.

Lorsqu’en 1986, un adolescent qui pratiquait la chasse aux fossiles dans le sud de la France a trouvé le squelette d’un grand reptile marin au milieu de dépôts d’argile noire, il a découvert quelque chose d’unique. Non seulement ce spécimen d’Elasmosaurus était peut-être le plus complet trouvé en dehors de Grande-Bretagne et d’Allemagne, mais l’examen a également montré qu’il appartenait à un nouveau genre, Occitanosaurus tournemirensis. Le nom fait référence à son lieu de découverte en Occitanie, dans le village de Tournemire (Aveyron).

L’Elasmosaure vivait dans les mers du monde entier, du Trias supérieur à la fin du Crétacé. Comme les dinosaures, l’Elasmosaure a disparu il y a 64 millions d’années.

Les fouilles ont été menées par Jacques Sciau, paléontologue. Il a fallu près de deux mois pour dégager les ossements, prendre note de leur position exacte et consigner les observations pour suivre le contexte des fouilles. Le nettoyage et la consolidation des os ont duré plus de quatre mois, dont un pour reconstituer le crâne ; un puzzle composé d’une centaine de pièces !

L’Occitanosaurus tournemirensis est l’un des deux chefs-d’œuvre de la collection de paléontologie du Musée de Millau et des Grands Causses. Cette collection comprend environ 500 objets ou ensembles ; elle a été constituée principalement par Jacques Sciau, un éminent paléontologue, qui en a fait don au musée en 1994.

Le Musée de Millau et des Grands Causses invite le visiteur à parcourir la ville et les plateaux qui l’entourent à travers les siècles. Il permet aux visiteurs de découvrir l’histoire, les arts et l’artisanat de l’Aveyron du Sud de la France. Les collections riches et variées couvrent la paléontologie, la préhistoire et l’antiquité, et en particulier la collection Terra Sigillata, les archéologies médiévales et modernes, et toutes les techniques des célèbres industries locales du cuir et des gants.

Crédits : Elasmosaure de Tournemire, Os calcifié, Toarcien supérieur, -180 Ma, Découverte : William Laporte, 1986

L’appareil d’anesthésie de Boyle, British Oxygen Company Limited, 1960

Anaesthesia Heritage Centre, Royaume-Uni

La machine de Boyle avec triple rotamètre et deux vaporisateurs avec pistons plongeurs et leviers de dérivation. Cette machine aurait délivré les agents anesthésiques : protoxyde d’azote / oxygène / dioxyde de carbone / éther / chloroforme.

Sans le développement de l’anesthésie et du soulagement de la douleur, la plupart des opérations réalisées aujourd’hui ne seraient pas possibles. L’histoire fascinante de cette spécialité n’est pas aussi connue que celle des autres spécialités médicales, et pourtant elle est la plus importante de toutes. Il est important de se rappeler les progrès réalisés dans ce domaine qui nous ont permis d’améliorer la sécurité et le confort des patients.

Cette petite machine de Boyle était l’une des machines d’anesthésie les plus courantes et les plus célèbres utilisées dans les années 1950 et 1960. Il s’agit d’un modèle que de nombreux anesthésistes connaissent bien et qui est simple et facile à utiliser, ce qui le rend très populaire. C’était une époque où d’énormes progrès avaient été réalisés dans le domaine de l’anesthésie, où la spécialité possédait désormais des qualifications et formation formelles, et était reconnue comme une discipline de conseil au même titre que d’autres. Cet appareil représente tous ces progrès et atteste des progrès que la profession continue de faire pour s’assurer que chaque patient bénéficie d’une chirurgie sure.

La collection de l’Anaesthesia Heritage Centre appartient à l’Association des Anesthésistes.

L’Anaesthesia Heritage Centre regroupe les archives de l’Association des Anesthésistes, le Musée de l’anesthésie, ainsi qu’une collection de livres rares, ouverts au public. L’Anaesthesia Heritage Centre est une ressource unique pour la recherche sur l’histoire de l’anesthésie.

Une partie de la collection de l’Anaesthesia Heritage Centre, Londres

Oorlogschip, H.J. Hoving, 1995

Muzeeaquarium Delfzijl, Pays-Bas

Maquette à l’échelle d’un navire de guerre hollandais de 1664, réalisée par H.J. Hoving, restaurateur en chef au Rijksmuseum Amsterdam. Le modèle a été construit d’après le livre Aleloude en Hedendaegsche Scheepsbouw en Bestier de Nicolaas Witsen, écrit en 1671. L’échelle est au 1/100.

La maquette représente le type de navire qui fut dirigé par l’un des amiraux les plus compétents de l’histoire, Michiel de Ruyter. Né à Vlissingen aux Pays-Bas en 1607, il est l’un des héros les plus célèbres de l’histoire néerlandaise. Il mourut en 1676.

En 1652, la première guerre anglo-néerlandaise éclate et Michiel de Ruyter est nommé amiral de la flotte hollandaise. Il était très habile au combat en mer, s’étant entraîné au vent et aux bas-fonds de la côte zélandaise et néerlandaise. Pour cette raison, et pour son succès dans les colonies, de Ruyter a atteint une grande renommée. Pour la population anglaise, il est devenu l’incarnation de l’ennemi et les Anglais étaient déterminés à le vaincre.

L’une de ses victoires les plus connues fut le Raid sur la Medway en 1667 ; de Ruyter remonta la Tamise et entra dans la Medway, faisant des ravages et remorquant finalement le vaisseau amiral de la flotte anglaise, le HMS Royal Charles. Ce fut l’une des pires défaites de la Royal Navy.

De Ruyter visita Delfzijl une seule fois, le 6 août 1665, afin de contourner les Anglais en naviguant dans les eaux norvégiennes et écossaises. Peu de temps après, le 14 août, il devient lieutenant amiral de Hollande et de Frise occidentale, commandant de la flotte néerlandaise.

Le Muzeeaquarium de Delfzijl présente une combinaison unique d’histoire naturelle et d’histoire culturelle avec un aquarium où l’on peut observer des poissons et autres animaux marins de la mer des Wadden et de la mer du Nord. L’Aquarium de Muzee a rouvert ses portes en 2018 après une vaste rénovation ; c’est un musée moderne surprenant pour petits et grands.

Muzeeaquarium Delfzijl, Photo par Anton Tiktak

Poole’s Pig Hill of Fame, John Baeder, 1995, Huile sur toile

Morris Museum of Art, Etats-Unis d’Amérique

Ce tableau représente une colline à East Ellijay, en Géorgie, couverte de panneaux de contreplaqué en forme de cochon portant au premier plan les noms des clients qui ont visité le restaurant, deux bâtiments reliés entre eux par une enseigne annonçant le restaurant d’Oscar Poole et son Georgia Bar-B-Q, Hill of Fame.

Né à South Bend, dans l’Indiana en 1938, John Baeder est célèbre pour ses représentations d’humbles restaurants – il est particulièrement connu pour ses peintures de restaurants – et figure parmi les artistes photoréalistes les plus importants des XXe et XXIe siècles.

L’un des tableaux les plus insolites de Baeder sur le thème du Sud, Poole’s Pig Hill of Fame du colonel Poole, célèbre le restaurant barbecue au bord de la route appartenant au « Colonel » Oscar Poole et géré par lui. Outre le restaurant lui-même, le Pig-Moby-il (le break jaune décoré au premier plan à droite) et le Pig Hill of Fame qui surplombe le restaurant figurent dans l’œuvre. La colline est couverte de plus de 3 000 panneaux de contreplaqué multicolores en forme de cochon, chacun portant le nom d’un client. Baeder a substitué les noms d’amis, de la famille et des personnalités publiques (surtout des musiciens) qu’il admirait aux noms des clients qui avaient effectivement créé ce mémorial pour eux-mêmes.

La fascination de Baeder pour la culture routière américaine est évidente dans son choix de sujet et dans sa description minutieuse de celui-ci. Il documente ici, comme il le fait depuis le début des années 1970, un aspect important de l’expérience américaine.

Avec l’achat en 1989 de 230 tableaux de la collection du Dr Robert Powell Coggins, un collectionneur renommé de l’art du Sud-américain, William S. Morris III, établit l’identité et la direction du musée qu’il avait fondé à Augusta en Géorgie. Le Morris possède maintenant plus de 5 000 peintures, œuvres sur papier, photographies et sculptures datant de la fin du XVIIIe siècle à nos jours.

Ouvert au public en 1992, le Morris Museum of Art est le plus ancien musée des États-Unis consacré à l’art et aux artistes du Sud-américain. La mission du musée est de créer et d’entretenir une collection d’œuvres d’art qui sert de lien visuel avec la culture du Sud et d’interpréter cette collection dans des contextes régionaux, nationaux et mondiaux.

Morris Museum of Art, Augusta, Géorgie, USA. Achat rendu possible grâce au Fonds d’acquisitions Passailaigue

Livre de mots et phrases latins, qui aurait été créé par le roi George III, 1746-1805

Royal Archives, Royaume-Uni

Pages extraites d’une série d’essais conservés aux Archives royales, écrits par le roi George III ou par son mentor, Lord Bute. Les essais ont constitué une part importante de l’éducation du prince, et plus tard du jeune roi, et couvrent un large éventail de sujets reflétant ses intérêts nombreux et variés. Cette image montre une page contenant des listes de vocabulaire latin et des traductions en anglais, avec des croquis de visages et d’autres gribouillis.

À gauche, vous trouverez une facture, datée du 8 janvier 1874, émise par William Fraser (fabricant d’instruments d’optique et de mathématiques) pour un podomètre dans une boîte dorée avec une boussole, avec reçu de paiement. Cet objet provient des comptes de la bourse privée de George IV couvrant les années 1783 à 1830, qui fournissent un enregistrement méticuleux des achats du roi tout au long de sa vie.

Ces images sont des exemples du matériel publié en ligne dans le cadre du programme Georgian Papers.

The Royal Archives conservent le patrimoine documentaire et administratif de la monarchie et de la Maison royale, et nous soutenons l’accès du public à ces documents historiques au profit de la Reine et de la Nation.

Fourni par les Archives royales © Sa Majesté la reine Elizabeth II 2018

Heinkel ‘Bubble’ Car July, Heinkel Car factory, v. 1958

County Museum, Dundalk, Irlande

Voiture rouge à trois roues Heinkel, à « bulle », fabriqué à Dundalk à la fin des années 1950, dont la porte est située à l’avant.

La voiture  » bulle  » Heinkel a été fabriqué à Dundalk pendant une courte période à la fin des années 1950, sur le site des anciens ateliers du Great Northern Railway qui a fermé en 1958. Après la Seconde Guerre mondiale, la société allemande Heinkel a diversifié sa production dans la construction automobile en créant une usine à Dundalk. Malheureusement, la production s’est déplacée en Angleterre où la voiture à bulles a été fabriqué sous le nom de Trojan. Cette voiture a un attrait universel et est très populaire auprès du public, évoquant des souvenirs parmi ceux qui se souviennent de la conduite de la voiture, avec des visiteurs plus jeunes riant de l’idée d’une voiture à trois roues à moteur.

La voiture  » bulle  » Heinkel fait partie de la vaste collection industrielle du Musée qui comprend des objets d’ingénierie, de production de linge, de brasserie, de distillation, de production de tabac et d’agriculture.

Chronique de l’évolution historique du comté de Louth depuis l’âge de pierre jusqu’à nos jours, le County Museum à Dundalk est l’un des plus beaux musées d’Irlande. Avec un double intérêt pour l’histoire archéologique et industrielle de la région, le musée possède une mine d’artefacts, dont des exemples d’art rupestre, la veste de Guillaume III d’Orange à la bataille de la Boyne et la première médaille olympique remportée par une Irlandaise, Beatrice Hill-Lowe, lors des Jeux de 1908 à Londres.

Image reproduite avec l’aimable autorisation du County Museum, Dundalk

Anneau de l’âge Viking, anonyme, 8-9ème siècle

Musée d’histoire suédoise, Suède

Il s’agit d’une bague découverte dans une tombe viking à Birka, en Suède. Elle est faite d’alliage d’argent et contient un morceau de verre avec une inscription en écriture coufique arabe qui dit « Pour/à Allah ». C’est le seul anneau d’âge viking connu avec une inscription en arabe que l’on trouve en Scandinavie.

L’anneau de l’âge viking est en argent doré et a été trouvé dans une tombe à Birka, un site de commerce et de marchand à Björkö, à quelque 30 kilomètres à l’ouest de l’actuel Stockholm. La tombe est probablement celle d’une femme riche car elle contenait des bijoux, dont deux broches ovales.

Nous savons de sources arabes contemporaines que ces bagues étaient souvent des cadeaux de marchands musulmans à des femmes. Les objets du califat qui sont arrivés en Scandinavie par les routes commerciales à travers l’Europe de l’Est, prolongement de la Route de la Soie, sont parmi les plus fascinants du Musée d’Histoire de Suède.

On trouve dans le musée beaucoup de perles, de balances, de poids et des milliers de pièces d’argent, ainsi que de beaux gobelets et des fragments de tissu de soie. Ces objets sont témoins du contact et de l’importante influence mutuelle entre le monde islamique primitif et la Scandinavie orientale à travers le commerce. Les commerçants d’Europe du Nord se rendaient jusqu’à Bagdad et parfois même dans la région de la mer Caspienne.

La bague fait partie d’une collection de 100 000 objets de Birka datant de l’âge viking.

Le Musée d’histoire suédoise (The Swedish History Museum) est l’un des plus grands musées de Suède. Chaque année, des centaines de milliers de visiteurs viennent de Suède et du monde entier pour voir l’une des plus grandes expositions Viking du monde, les plus grands trésors d’or et d’argent de Suède, un art médiéval incomparable et les découvertes uniques d’une des batailles les plus violentes de l’histoire suédoise – la bataille de Gotland, 1361.

Musée d’histoire suédoise, Stockholm, Suède.

Le jour du déménagement (Moving Day), anonyme, octobre 1887

Alleyn’s School, Royaume-Uni

Photographie de Alleyn’s School (anciennement l’école Lower School of Alleyn’s College of God’s Gift à Dulwich) le jour où ils ont déménagé du collège historique de Dulwich Village en octobre 1887 dans des locaux plus grands et modernes à Townley Road. Ces garçons ont formé un corps de cornemuses qui a mené une procession de 250 garçons à travers le village de Dulwich de l’ancien bâtiment au nouveau. Deux photographies ont été prises ce jour-là. La première lorsque les garçons ont quitté l’ancien collège et la seconde lorsqu’ils sont arrivés dans leurs nouveaux locaux.

Cette photographie a été prise pour commémorer une date clé dans le développement de la Fondation Edward Alleyn. La Fondation a été officialisée le 13 septembre 1619 lorsque Edward Alleyn a reçu son acte de fondation. Alleyn était acteur, homme d’affaires, propriétaire de théâtre, philanthrope, superviseur des King’s Bears pour James I et contemporain de Shakespeare. Il a créé la Fondation avec l’argent de son Manoir de Dulwich et par le biais de lettres patentes de James I, pour soutenir les pauvres et les personnes âgées de Southwark par le biais des écoles et des hospices. La Fondation a traversé les siècles sous diverses formes juridiques au cours des 400 dernières années. 2019 marquera une année de célébration et de commémoration.

L’école originale de la Fondation se divisa en deux dans les années 1880, l’une d’elles devenant le Dulwich College et l’autre Alleyn’s School. Les deux écoles célébreront l’héritage durable de leur fondateur, Edward Alleyn, en 2019. Alleyn’s School s’est engagée à développer son service d’archives au cours d’une partie de cette année anniversaire.

Ces photographies font partie des archives institutionnelles de Alleyn’s School.

Alleyn’s School est l’une des principales écoles mixtes HMC (the Headmasters’ & Headmistresses’ Conference) du pays, engagée à atteindre l’excellence éducative dans le cadre d’une éthique pastorale forte et d’un programme d’études dynamique.

Archives de Alleyn’s School

Ijsberen (ours polaires), Adolph Friedlander, 1908

Collections spéciales de l’Université d’Amsterdam, Pays-Bas

Cette affiche de cirque de 1908 a été conçue par Adolph Friedlander, un célèbre imprimeur de Hambourg, en Allemagne. C’est un beau tableau qui juxtapose l’été et l’hiver, et qui semble assez prémonitoire des circonstances actuelles. Il nous rappelle le déclin des calottes glaciaires polaires, tandis que les ours polaires représentés semblent nous dire l’apathie des humains pour leur environnement.

La même image est également reproduite dans la collection, provenant du célèbre cirque itinérant de Wilhelm Hagenbeck. (Collection Jaap Best)

Cette affiche fait partie de la collection Herman Linssen Circus, actuellement conservée dans les collections spéciales de la collection du théâtre de l’Université d’Amsterdam. La collection du Théâtre a vu le jour en 1925 lorsque plusieurs collections privées ont été regroupées au profit du Tooneelmuseum. La collection comprend maintenant toutes les disciplines du théâtre et comprend des dizaines de milliers d’affiches, de photographies, de costumes de théâtre, d’accessoires, de programmes, de peintures, de gravures, de modèles, de toiles de fond, d’enregistrements audio et vidéo et d’archives. Depuis 2013, l’ancienne collection Theater Instituut fait partie de la collection spéciale de l’Université d’Amsterdam, qui fait désormais partie de l’Allard Pierson.

Du Nil à l’Amstel, le musée Allard Pierson de l’Université d’Amsterdam vous fait voyager à travers 10 000 ans d’histoire culturelle. Commencez par la fascinante Egypte Ancienne et finissez à Amsterdam avec ses industries créatives (17ème – 21ème siècles), passant des momies à l’art classique, des trésors médiévaux au design graphique moderne.

Collections théâtrales de collections spéciales Université d’Amsterdam

Inner View of Newcastle, Joseph LYCETT, vers 1818 (détail), Huile sur toile

Newcastle Art Gallery, Australie

Inner View of Newcastle, peint vers 1818 nous fait découvrir un avant-poste colonial à ses débuts. Joseph Lycett était un artiste, qui avait également un talent pour la falsification, pour laquelle il fut sanctionné à Sydney en 1814. En 1815, il fut de nouveau reconnu coupable d’avoir falsifié des billets de banque alors qu’il travaillait comme commis au bureau de police, et envoyé à Newcastle pour une peine plus sévère. En 1817, le capitaine James Wallis, commandant de Newcastle, lui a demandé de documenter l’établissement croissant sur les rives de Newcastle (alors Coal River).

Le tableau peut être décrit comme une construction romantique au mieux, une propagande nationaliste au pire. Il a été créé pour transmettre au public anglais un mode de vie très ordonné et raffiné dans la colonie (autrefois décrite comme la Sibérie de Sydney par l’historien et auteur J.W. Turner, un endroit où les condamnés qui avaient commis d’autres crimes après leur arrivée en Nouvelle-Galles du Sud étaient envoyés pour une peine secondaire).

On sait peu de choses du reste de la vie de Lycett. Un mot écrit au crayon dans la bibliothèque Mitchell, à Sydney, indique que lorsqu’il vivait près de Bath, au Royaume-Uni, il a de nouveau été arrêté pour falsification. Il s’est ensuite tranché la gorge et, en convalescence à l’hôpital, il a déchiré la plaie et est mort en 1828. Mais cela n’est pas confirmé.

Seuls quatre tableaux de Lycett sont connus ; trois appartiennent à la Newcastle Art Gallery. Ces peintures sont à la base d’une grande exposition intitulée The 1818 Project, qui, 200 ans après que Lycett eut peint des paysages coloniaux clés, réunit des artistes contemporains qui abordent des histoires culturelles personnelles et des histoires de migration, de colonisation, d’identité, d’histoires perdues et de falsification.

La collection de la Newcastle Art Gallery présente une vue d’ensemble de l’art australien depuis l’époque coloniale jusqu’à nos jours, ainsi que des pièces clés d’importance historique, un large éventail de peintures indigènes sur écorce et la plus belle collection nationale de céramiques japonaises du 20ème siècle. La collection s’est enrichie de plus de 6 500 œuvres d’art depuis 1945, date à laquelle le Dr Roland Pope a légué sa collection de 123 œuvres d’art à la condition qu’une galerie d’art soit construite ; cette galerie est devenue la première galerie régionale construite spécialement en Australie.

Joseph LYCETT, Inner View of Newcastle vers 1818 (détail), Huile sur toile, 59,5 x 90,0 cm. Acheté avec l’aide du National Art Collections Fund, Londres, Royaume-Uni 1961, collection de la Newcastle Art Gallery.

Dodo Claret Jug, Alexander Crichton, 1881-1882

National Trust for Scotland, Royaume-Uni

Cette carafe à vin est la création du grand créateur et orfèvre écossais Alexander Crichton. Il s’inspire de l’illustration de John Tenniel pour Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll (1865). Crichton a fabriqué de nombreuses carafes animales fantaisistes, notamment des crocodiles, des cacatoès et des pingouins. Sa compétence et son ingéniosité en tant que designer ont rarement été surpassées.

Cette carafe faisait autrefois partie de la prestigieuse collection de William Douglas-Hamilton, 12ème duc de Hamilton. Les ducs de Hamilton revendiquaient le trône d’Écosse et étaient les premiers pairs d’Écosse. Leur collection a été décrite comme « Scotland’s Royal Collection » et a été considérée comme la plus grande collection d’art de l’histoire d’Ecosse.

En raison de son importance historique et de sa popularité auprès du public, le Dodo a été choisi comme logo pour l’initiative de catalogage et de conservation de 1,3 million de livres sterling du National Trust for Scotland, Project Reveal. Le projet vise à améliorer et à mettre à jour les dossiers de la base de données de gestion des collections pour les collections vastes et diversifiées confiées au Fonds.

La carafe à vin Dodo représente non seulement l’apogée du design écossais et de sa notoriété, mais aussi la volonté constante d’améliorer l’interprétation, l’accessibilité et la participation aux collections NTS, ce qui est rendu possible grâce aux systèmes de gestion des collections.

Le Dodo fait maintenant partie de la prestigieuse collection du château de Brodick, qui comprend également un grand nombre d’objets achetés par William Beckford. C’est l’une des six aiguières à vin de la collection conçue par Alexander Crichton. L’objet au dos provient également de la collection du château de Brodick. Il s’agit d’une sculpture d’un astrologue : l’une des deux figures en bois fruitier sculpté sur argent, sous la forme d’un astrologue tenant un télescope dans sa main droite et une sphère armillaire dans sa gauche. Ses vêtements sont recouverts de signes du zodiaque. Jan Bonket, 1772.

Le National Trust for Scotland est un organisme de conservation soutenu par plus de 380 000 membres et financé en grande partie par des dons. En défendant le patrimoine naturel, bâti et culturel de l’Écosse, nous inspirons ceux qui nous entourent. Nous entretenons environ 300 000 objets dans plus de 50 propriétés, dont l’une des plus grandes collections d’art d’Écosse.

National Trust for Scotland, Brodick Castle

By |2019-03-01T15:17:53+00:0021 février 2019|Non classifié(e)|